Novembre 2015 : mois de transition

Novembre 2015 : mois de transition

Le mois de novembre verra quelques activités  : la fin de l’exposition sur la début de la Belgique jusqu’au 11 novembre,  la visite commentée du cimetière de Berneau le samedi 7 à 14 h., la visite du parcours mémoriel le mercredi 11 novembre à 11 h., la conférence sur le monde en chanson le vendredi 20 novembre et enfin le voyage à Paris du 26 au 28 novembre. Et surtout la sortie du triple numéro de notre revue « Les Nouvelles Notices Visétoises », qui parviendra (sauf grêve de la poste) dans les boites aux lettres des membres dès le 5 novembre. L’enveloppe contiendra aussi une  liste des publications et les nouvelles du musée annonçant les activités de novembre à février et les activités 2016. Visite familiale au cimetière de Lorette. Nous pensons refaire les photos des dernières rangées de tombes dans les prochaines semaines. Quelques jours de congé pour le conservateur. Le mardi, une réunion du Conseil d’administration en soirée avec un riche aréopage (12 p.) et le projet des activités de 2016.  Passe mercredi au bureau, Marylène termine l’inventaire du rangement des gravures non encadrées. Cécile modifie le site internet de Mahvi et Maryse continue l’inventaire. Beaucoup de papiers (chromos, affiches….). Jeudi est une journée de congé terrible. Le musée de zoologie de Liège nous offre 4 vitrines mais 3 seules arriveront à bon port car une mauvaise manipulation ou surtout le fait que les pieds n’étaient pas soudés au reste de la vitrine. Bris de glace. Une vitrine sera offerte au musée d’Eben et les deux hautes vitrines pour le musée du chemin de fer.Puis au même moment, notre bénévole Raoul réceptionne les 600 ouvrages et dans l’après-midi, avec le conservateur, Maryse et Cécile mettons cette belle revue de 144 pages dans les enveloppes préparées d’avance. Les 8 porteurs de Visé, Richelle et Lixhe les recevront dans les prochaines heures ou jours (Jo, Raoul, José, Marylène, Maryse, Martin, Chantal et Tristan). Une librairie visétoise les a déjà reçus , les autres suivront. Un petit refroidissement mais on continue. On prépare la visite du cimetière de Berneau. Samedi, la visite a lieu avec un public très important et très intéressé (29 personnes). Point de photo mais le fidèle correspondant de la Meuse était présent. Fin en une heure trente. Samedi., suis invité à la conférence au château d’Oupeye sur  les blindés de Peiper ou comment les chars lourds ont fait échouer l’offensive : 70 tonnes, 1000 l. au 100 km, difficile à manier mais efficace en tir lointain. Ils auraient été efficaces en Hesbaye sur le route d’Anvers. Mais ils furent arrêtés à Stavelot et à la Gleize. Puis un dépôt de fleurs et une exposition de véhicules de la 2e guerre ( 128e mission avec 34 photos). Puis arrivons à Visé pour assister à la rentrée de la compagnie royale des Francs-Arquebusiers visétois et à leur cérémonie de remise de médailles (129e reportage avec 50 photos. Un petit repas après et une promenade le long de la Meuse près du pont du Trilogiport. Quatre ronds-points suivants avec tertre de terre et cinq plans d’eau (la baignade est interdite) après et une descente de pont. Les cailloux locaux ont la côte assurément pour les abords de cet ouvrage d’art, enserrés qu’ils sont dans des coffrets métalliques. Intéressant, on espère que la main d’oeuvre tant spécialisée que manuelles sera locale et régionale, sinon cet investissement sera une arnaque phénoménale car s’approprier un territoire de 150.000 m2 pour que les profits s’en aillent à l’étranger seraient détonants ! Nous n’attendons pas ça de décideurs responsables !(nous serons un peu rassuré le samedi suivant).Mardi, nous participons au colloque de Démocratie ou Barbarie consacré à la résistance en Europe à la Fédération Wallonie-Bruxelles. Des exposés très intéressants. Le train est de rigueur pour ce passage à Bruxelles. Neuf personnes suivent le parcours mémoriel organisé le mercredi 11 novembre à 11 h. Fin peu avant 13 h. Pour une fois, ne participons pas au repas de l’oie. Le soir, revoyons avec intérêt la fin d’un fou : le film la chute (d’Adolf H.). Jeudi, démontage de l’exposition « 1713-1839 ». Moins de 40 personnes et ce n’est pas étonnant avec un musée barricadé pour les travaux de la porte en acier prévue, avec des couloirs d’accès remplis de meubles ou de sacs de ciments. Il est temps que ces travaux se terminent. Raoul m’aide pas mal. Les grilles et les documents sont remis en place. Maryse va plastibuller les cadres du fond Jaminet. Nous apprenons ce jeudi le décès d’Armand Bovy, président fondateur du petit musée du chemin de fer de Visé. Vendredi 13, le Roi inaugure la 4e écluse et le pont du Trilogiport. Avec Marylène, nous rangeons les objets inventoriés depuis l’été.En fin d’après-midi, me retrouve à la mise à la pension d’Elyane, dame bien sympathique qui venait en apothéose d’organiser un défilé historique avec notre aide (prêt d’un costume). De retour d’un concert à Liège, apprenons avec horreur ce qui s’est passé à Paris : attentats, kamikazes…..Samedi, allons vers 11 h.30 à la séance d’information sur le Trilogiport (130e reportage bis avec 140 ph.). Le musée fut déjà réouvert samedi. Dimanche, quelques photos de la rentrée au local et de la cérémonie aux Anciens Arquebusiers de Visé (131e reportage avec 64 ph.). Une certain Pierrot Lensen, peintre bien connu et cousin du conservateur était décoré pour 70 ans de bons et loyaux services. L’occasion comme pour beaucoup d’autres de se retrouver en famille pour le dîner. Plusieurs lettres sont préparées en soirée.

Lundi 16, passage par Bruxelles pour entendre le bilan des instances d’avis de la F.W.B. Les musées sont malades d’une subsidiation réduite, dixit André Gob. L’effort de la FWB fut important mais pas suffisant. La culture trinque assurément.Mardi, passage au bureau. Maryse termine l’inventaire des acquisitions du musée. Elle aura fini jeudi. Marylène prépare l’exposition sur les frères dans l’art et renouvelle les étiquettes du musée. Pénible mais nécessaire, assistons Marylène et moi à la dispersion des cendres d’Armand Bovy, notre ancien bibliothécaire mais surtoutle responsable et fondateur du musée du chemin de fer de Visé. Pendant trois jours, la Wallonie et la DG04 a invité les amoureux du patrimoine à participer aux journées de l’archéologie avec une cinquantaine d’exposés sur la préhistoire (mercredi), l’époque romaine (jeudi) et les époques posterieures (vendredi). Raoul de Selliers, notre bénévole et ancien de la région wallonne nous a accompagné. A signaler mercredi, le Préhistomuseum,les découvertes du Trilogiport, de Bierset et de Spiennes, ainsi que des études spécifiques sur les méthodes d’analyses. Nous avons quitté à la dernière pause le centre culturel des Roches à Rochefort, installation très bien adaptée pour un tel colloque avec près de 200 participants, non sans photographier les posters présentés dans la salle d’accueil (132e reportage avec 164 photos).  Jeudi, le conservateur a présenté pour le Probus de Durbuy une conférence sur Berthe Bovy dans une annexe du château de Modave. L’occasion de prendre des photos de ce magnifique patrimoine (133e reportage avec 36 photos). Le repas sympathique se prolongeant, nous avons décidé de rejoindre Visé de suite. Repasser au bureau puis rejoindre à 18 h. Cheratte où Blegny-Mines présentait un nouvel ouvrage intitulé « Cheratte avant 1968 » de Robert Bodson et M.Gotfrydt. Il est évident que beaucoup d’éléments nouveaux auraient actualisés certaines rubriques mais l’intérêt réside dans les illustrations et certaines rubriques comme celles consacrées à Berthe Bovy ! (134e reportage avec 20 photos).Raoul en ce moment participait à l’inauguration des nouveaux locaux de la régionale visétoise, allée des Marguerites.Vendredi, retour à Rochefort où les exposés étaient centrés sur le moyen-âge avec e.a les recherches sur Logne, les murailles de Liège de 1467 à 1505, le cloître de la cathédrale de St Paul et les fouilles de Verviers. Retour des colloqueurs à 17 h.  Le soir, Guy Delhasse, remplaçant Paul Delchef présentait quelques chansons francophones sur les villes du monde ; Paris, Liège, Bruxelles, San Francisco, Londres, Montréal……..les grands noms de la chanson francophone. Public clairsemé mais intéressé (135e reportage avec 6 ph.). Un week-end attentiste. Marylène garde le musée. On sent le bout du tunnel avec les travaux au centre culturel car la zone d’accueil du rez de chaussée est quelque peu chahutée (éclairage déficient, mobilier en attente dans les couloirs,outillage- 136e reportage avec 10 photos) mais samedi, les panneaux de fermeture du couloir étaient enlevés.L’entreprise Thomassen a 15 jours pour terminer l’habillement du nouveau sas d’entrée.  Le conservateur fait un peu d’administration lundi matin. Mardi après-midi, visitons un jardin des hauteurs de Visé qui renferme un angle de mur très ancien (137e reportage de 6 photos). Reviendrons le circonscrire l’année prochaine. Maryse va terminer l’inventaire des documents avant de se relancer dans l’inventaire des revues puis des livres. Cécile est en vacances (sa 2e des 4 semaines de congé). Marylène gère les membres et a commencé les recherches sur les frères Lagasse. Elle suit aussi le travail du stagiaire Jérôme Goffard ( les mémoires de Joseph Meurice) qui nous quittera ce vendredi. Consacrons nos deux soirées de mardi à mercredi à modifier un power point sur les 3 femmes fatales (ce récit qui réunit 4 générations de femmes depuis Mme Cabarrus, sa petite fille future Comtesse de Mercy-Argenteau et sa fille Rose, trois destins contrastés). Mercredi, allons chercher les rouleaux de plastibulles avant de rencontrer un membre de la FWB pour une activité de guidage en 2016. Plusieurs jours pour ranger d’anciens dossiers. Quelques surprises…..Les deux prochains samedis, le musée sera fermé pour cause d’accessibilité pratique. On ouvrira cependant le premier dimanche de décembre. Lundi, passage au musée d’Herstal avant de partir à une réunion de MSW, qui est vraiment le vecteur de défense des musées wallons, à la charnière des patrimoines, du tourisme et de la culture.