Avril ou la métamorphose

Avril ou la métamorphose

Que nous réserve le mois d’avril , surtout la fermeture pour cause de travaux du musée pour deux mois au moins. Pour le programme grand public, d’abord la fin du cycle sur Richelle puis la visite de Charleville le dimanche 9, l’exposition à Cheratte dans le cadre de la biennale de la gravure de Liège du 20 avril  au 7 mai.

Le 1er avril, voit le cycle de l’activité « Argenteau-Richelle inédits » se parachever avec une visite de la chapelle de Wixhou rendue possible grâce à Axel Van Zuylen, membre de la fondation de la chapelle de Wixhou et prise en charge par le conservateur Jean-Pierre Lensen, à défaut d’avoir pu avoir les commentaires de Sophie Lehane, partie ce jour à l’étranger. (30e reportage avec 66 photos)  Quarante personnes étaient présentes, ce qui permet de clôturer le cycle avec 500 participants exactement ! Isabelle Dalimier donnera ensuite les explications sur le Champignon, oeuvre métallique en fonte et en zinc de la fonderie Réquilé comme aussi, nous le pensons, l’entourage de la chapelle et la croix rue de Borre, le tout date du 3e quart du 19e s.  Cette « fabrique » sera l’objet d’une restauration, prise en charge par les Rendez-Vous de Richelle. Après, Michel Bovy, Marylène Zecchinon et le conservateur démontent l’exposition et reprennent les oeuvres d’art du musée, qui y étaient exposées. Le premier dimanche du mois, c’est le conservateur et la nouvelle stagiaire de l’école d’hôtellerie de Liège, Astou Sylla qui nettoient quelque peu le musée avant d’accueillir le public. Ils seront 8 à passer du temps au musée dont une junior de 34 mois qui s’exclamera en voyant les poteries : beaucoup cassé ! Trois profiteront de la visite guidée sur l’histoire du bâtiment. Lundi, Pablo, son nouveau collègue et le conservateur viennent rechercher les grilles d’expositions à la maison des Associations de Richelle et les ramènent au centre culturel. Cécile et Maryse sont sur le pont mardi après-midi. Cécile prend des photos du musée avant transformation. Mercredi, c’est le grand jour. le conservateur accueille un groupe de Suisses venus visiter la châsse de St Hadelin (31e reportage avec 3 photos). Michel et Marylène avec la visseuse démontent les rideaux peints et les encadrements en matinée. Astou, Thomas Simons venu en renfort et Jean-Pierre déplacent les vitrines et autres objets loin des fenêtres car tel est le challenge dégager les abords des fenêtres en 3 jours. Maryse reste à l’étage pour l’inventaire des nouveaux livres. Après s’être sustenté à la saladette, l’équipe reprend le déménagement du 2e étage dès 14 h., à l’exception du bureau qui ne sera dégagé qu’en dernier lieu. Beaucoup de documents à replacer et à archiver ailleurs comme les dossiers de John Knaepen. A 16 h., c’est terminé. Les stagiaires s’en vont alors Au lieu de 3 jours, tout s’est opéré en un jour et sans casse. Chapeau les mecs ! Jeudi, Marylène complète la liste des livres d’occasion avec les nombreuses revues en double redécouvertes lors du déménagement. Maryse se plonge toujours dans l’inventaire des nombreux livres acquis. La jeune stagiaire Taptou commence  l’inventaire des sinistrés visétois. Le conservateur prend de nombreux contacts en rapport avec les prochaines activités du musée. Vendredi, le conservateur et Astou désencadrent les oeuvres prêtées à Richelle et remettent l’ensemble à leur place d’origine. Dans l’après-midi, le conservateur fait le choix des gravures pour l’exposition Jean Donnay en fonction des thèmes porteurs, de la chronologie et des dimensions. Marylène profite de cette journée de congé pour découvrir le jardin japonais de Hasselt (32e reportage avec 252 photos). Dimanche 9, 16 participants au voyage de Charleville. Le matin, c’est Rimbaud Paul et sa soeur qui nous retiennent dans le beau moulin sur Meuse, devenu Musée Rimbaud. La maison en face est plus ésotérique. Le chemin pour se sustenter nous fera passer par l’ancien couvent des Sépulcrines, fondée par des soeurs visétoises en 1622. Le dîner auprès du Cardinal puis l’après-midi sous un soleil de plomb nous verra visiter le musée des Ardennes, ses riches collections archéologiques et aussi sa section des marionnettes tant à fil (les  liégeoises), qu’à gaine (les guignols lyonnais) et de tous les continents. (33e reportage avec 621 photos). Retour à Visé retardé par le passage du circuit des Ardennes, course en vélo qui traversait à trois reprises la ville des Gonzague. A 8 h., les touristes étaient de retour dans la cité mosane.

Lundi, des ouvriers de Proximus vont enfin aménager la tour pour en faire un réceptacle d’antenne GSM. Mardi, le conservateur participe à une réunion à la Fédération Wallonie-Bruxelles du conseil d’ethnologie. L’après-midi, tant qu’à être à Bruxelles, visiter deux musées : l’exposition magnifique sur Rik Wouters (35e reportage avec 142 photos) mais aussi le musée Belvue (36e reportage avec 129 photos), magnifiquement mis en scène avec les grands principes de la vie en Belgique. Ce jour-là, Maryse contiunue l’inventaire d’un grand nombre de livres, Marylène termine l’inventaire des livres d’occasions et continue la mise en page du travail de Jacques Detro sur Dalhem. Quand à la stagiaire en tourisme, Astou Sylla  elle terminera la liste des sinistrés visétois. Le conservateur récupère sa voiture le mercredi fin de matinée et peut enfin profiter de son congé. Les invitations terminées par Cécile lundi arrivent le jeudi et sont mises sous enveloppe par Raoul et envoyées ce vendredi ou déposées chez les porteurs visétois. Un peu de rangement du bureau par Marylène et la fin de la semaine pascale se déroule dans le calme.

Mardi après Pâques, le conservateur et la jeune stagiaire en tourisme Astou Sylla se rendent aux journées du tourisme liégeois où 3 exposés sur le tourisme occupent notre  matinée : Paul-Emile Mottard, député provincial chargé du tourisme, René Collin, ministre du tourisme et M.Gold, expert des Hauts de France dont l’exposé enregistré nous a séduits tous deux. Après un repas copieux, c’est d’é-itinérance auquel nous avons eu droit. Concept intéressant et applicable.? Mardi, les travaux de cablage entrent dans le vif du sujet dans plusieurs pièces du musée. Il s’agissait de passer de la fibre optique de la cave au sommet de la tour.Maryse continue l’inventaire des livres et Maryse parachève la préparation du livre sur Dalhem. Nous préparons les oeuvres de Jean Donnay  au départ et jeudi, le grand jour. Pablo et son collègue aidé de Raoul  amènent les grilles à la salle de Cheratte pendant que Cécile, Astou et le conservateur  déposent les oeuvres du musée  et les placent au bon endroit : 40 oeuvres sur tous les thèmes porteurs de l’artiste cherattois : paysages belges et étrangers, portraits et scènes de genres , ambiances industrielles et convictions religieuses. Le vernissage du soir accueille 24 personnes dont l’échevin Kariger et le maieur Marcel Neven. L’échevine était excusée. Le lendemain, ne peut me rendre à une réunion de MSW étant occupé l’après-midi à garder l’exposition avec Astou. Quelques personnes et une vente de livres. Beaucoup de visiteurs ont connu l’artiste modeste et ont acquis auprès de lui  maintes oeuvres. Le soir, assistons au vernissage de l’exposition sur 1917 à la maison du Souvenir. Samedi et dimanche l’exposition attire du public connaisseur. Astou, Maryse et Cécile seront sur le pont. Un autre challenge pris par Cécile Lensen fut d’accueillir dimanche matin une quarantaine de personnes pour l’opération sur les Tours dont le clocher de l’hôtel de ville. A raison de 5 à 6 personnes par demi-heure, les visiteurs ont découvert le sommet de l’hôtel de ville et la vue sur la vallée de la Meuse. Un document historique fut remis à chaque participant.