Août ou 400 ans après

Août ou 400 ans après

Image

Une exposition « 400 ans de savoir » et une conférence à la toute fin du mois sur le St Sépulcre et la résurrection

Comment résumer 4 siècles de présence culturelle dans ce bâtiment qui est maintenant un centre culturel. Nous avons opté pour un titre pas trop long « 400 ans de savoir » puis du début à maintenant : du couvent des Sépulcrines au centre culturel et on aurait pu ajouter  » en passant par diverses écoles, l’école moyenne de l’état pour garçons et l’Athénée, mais ce serait trop long. La dernière semaine avant le vernissage, nous allons chercher les documents du Curtius le lundi 1 août. Merci à Philippe Joris, conservateur au musée Curtius. Le lendemain, Marylène, le conservateur et son épouse s’envolent pour Charleville pour aller quérir 3 précieux livres. Le lendemain, mercredi grand branle-bas, Raoul, Michel, Marylène, Maryse, Jean-PierrenCécile s’affaire pour monter la dernière scénographie, enrichir les vitrines et placer les panneaux dont les tout derniers sont arrivés. Marie-Josée vient nous prêter main fortepour le mannequin. Jeudi les derniers ajustements et Cécile s’affaire à placer de petites photos dans les vitrines. Vendredi,Marylène réalise les cartels et ajuste les deux cadres photos. Les derniers objets sont placés dans les vitrines et à 18 h., les derniers détails sont parachevés. Le vernissage  va accueillir 61 participants dont des membres, des édiles, des amateurs. Mme Dessart, M.Lensen et M.Neven prennent la parole et sont fleuries les différentes dames : Julie Piront et Sylvie Boulvain auteurs des notices sur les Sépulcrines, les deux conservatrices-adjointes Marylène et Cécile ainsi que Mme Counasse et l’échevine Viviane Dessart. Toujours en vacances, Marie-Elisabeth Henneau est aussi félicitée en paroleds. On remercie les prêteurs. Bonne nouvelle aussi, la revue consacrée aux 400 ans du bâtiment a pu sortir à temps grâce à l’ingéniosité de la firme Imprimm. Deux heures après l’ouverture des portes, la messe est entendue.C’est parti pour trois trop courtes semaines. (66e reportage avec 95 photos). Samedi Maryse pilote l’exposition et le conservateur preste dimanche. Quelques visites privées pour des visiteurs intéressés. Pour palier au changement d’entrée, nous plaçons une banderole (une seconde sera installée le 15 août). Sans oublier un petit reportage photo dimanche matin à la fête de la tomate  à Fouron-Saint-Martin (67e reportage avec 18 photos)

Lundi, nous recevons M.Vanstipelen et Mme Hombrouck qui viennent consulter des archives sur le thème de la Résistance dans la vallée du Geer. La comptabilité du mois de juillet termine notre travail de ce jour. Cette semaine, tout le staff est présent entre le retour de vacances de Maryse le 2 et le départ de Marylène le 15 août. Nous nous activons pour préparer l’envoi de la double revue. La ville nous aidait dans l’envoi de nos membres éloignés. Mais cette option fut supprimée ! Une centaine d’exemplaires sera envoyée par la Poste et le reste sera distribué dans la région ou par des porteurs sur Visé, Lixhe et Richelle. Mardi, une réunion du comité ponctue la fin d’après-midi. Onze a participants pour la vie de l’asbl. Le lendemain, dépôt à la Poste puis avec Raoul, le conservateur distribuera une soixantaine de revues sur la rive gauche et Liège et le lendemain, Maryse accompagne Jean-Pierre pour une distribution en rive droite avec un arrêt à Blegn y-Mines, l’occasion d’aller voir l’exposition de photos d’un Hennuyer  (68e reportage avec 44 photos). Une soixantaine de livres sont ainsi livrées à domicile. On parachève seul la tournée à Visé et à Haccourt le vendredi. Après Marylène, Maryse et Cécile, le conservateur fait son rôle dans l’exposition. Raoul et Marylène termineront les gardes de cette première semaine d’exposition qui se terminera avec quelques 110 visiteurs depuis l’ouverture.Notre devoir trimestriel est livré samedi : l’information de nos activités pour l’agenda de la Maison du Tourisme de la Basse-Meuse. Sera-ce le dernier ? Un retour théâtral à Spa pour redécouvrir le mariage de Figaro……Dimanche, une visite guidée à 16 h. tandis que la gilde des Arbalétriers organisait son tir annuel dans la cour des Sépulcrines toute proche (70e reportage avec 13 photos et un petit film). Le soir, la traditionnelle messe de l’Assomption se tient sur le plateau de Lorette (69e reportage  sur la préparation et l’office religieux avec 14 photos).

Lundi, pas question de laisser fermer l’exposition ce jour de grande affluence à Visé. Notre pélérinage brocanteux nous permet d’acquérir une vingtaine d’ouvrages principalement sur la Résistance. Une garde l’après-midi nous permet d’accueillir une quinzaine de personnes. Mardi, nous retrouvons nos envois postaux qui n’ont pas été envoyés par la Poste, l. Rectifions le tir et les échanges et les membres devront encore patienter. Cécile sera de garde toute la semaine. Le dossier complémentaire demandé par la F.W.B. est envoyé ce même jour. Les études se succèdent : le texte des journées du patrimoine sont parachevées mardi soir le 16 août. Le mercredi 17, trouvons nonloin de l’église un dépôt de livres anciens. En récupérons une dizaine. Il faudrait faire savoir que nous pouvons recueillir des vieux livres d’histoire. Jeudi, nous nous envolons vers Arlon (c’est une image) pour assister à l’ensemble du 10e colloque de la Fédération des Cercles d’archéologie et d’Histoire de Belgique – côté francophone. MM.Dierkens, Yante e.a. expliquent la personnalité de Godefroid Kurth et les richesses de la Province du Grand Luwxembourg. Après-midi, commencent les exposés. J’en aurai 20 à écouter jusqu’au samedi matin dans 10 sections différentes. Cela concerne les Oratoriens, les croix de franchise, les systèmes de levage de pierre au Moyen-Age, les processions en musique, la travail manuel des moines, Godefroid Kurth, le marbre noir de Dinant, la villa de Mageroy, l’exil des religieux français en B.,les déportations et le camp de Soltau durant la première guerre, les autos canons belges en Russie, les monuments aux morts d’Eupen, les images mariales ou encore le fonds Pinon, Nous n’oublierons pas d’aller visiter l’exposition consacrée à Godefroid Kurth au musée Gaspar. (71e reportage avec 19 photos). Pendant ce temps, Maryse continue à inventorier les derniers documents, Cécile fera la garde de l’expo puis pour répondre aux derniers désidératas de la FWB.

Lundi, petites vacances non sans passer par Bruxelles remettre le dossier demandé par Mme Nyst de la Communauté Française mais ce jour-là au départ était prévu la seule visite d’Harry Potter, exposition du Heysel. Mardi repos aussi et mercredi visite en famille de l’intéressante exposition sur les Templiers à l’abbaye de Stavelot (72e reportage avec 150 photos). Visé, quittons nos congés pour recevoir les soeurs d’Herkenrode et leurs accompagnants (dans le 66e reportage consacré à l’exposition des 400 ans). Rendons visite à Fléron pour le décès de la maman de Marie-Josée Counasse. Vendredi 26, préparons rapidement la visite du conseil des musées  prévue lundi. Mais les travaux de toiture sont assez salissants et le va- et -vient des ouvriers au 3e étage dans notre réserve des objets métalliques d’une lucarne à l’autre est assez handicapant. Une fois terminé cette isolation double, nous pourrons parachever le rangement des matières (métallique et archéologique). Après la garde de l’exposition de Raoul, le conservateur accueille samedi 8 personnes et pour le dernier jour, Cécile accueillera 22 visiteurs dont une dizaine pour la dernière visite guidée du conservateur à 16 h. Ce n’est pas sans émotion que n ous fermons cette exposition « au dernier moment », bien conçue et bien présentée.N’oublions pas le challenge que le conservateur s’était imposé qui était d’évoquer la résurrection dans les trois religions du livre et ce qu’en retenaient les Sépulcrines et les artistes occidentaux. Une quinzaine de participants à cette causerie qui suscita maints questionnements de plus instructifs au conservateur. (73e reportage avec 4 photos).

Lundi , nous accueillons les 4 membres du conseil des musées (2 archéologues, 1 généraliste ainsi que le délégué de l’administration). Leur montrons la plupart des locaux et pour commencer, notre salle d’exposition (la chapelle toujours dotée). La dynamique du musée et ses actions en fonction des locaux, des moyens financiers alloués et du personnel possible seront-ils prolongés ou retomberons-nous dans l’attentisme de départ. Les jeunes pousses devront se mouiller. Mais comme dit l’adage, la plus belle fille du monde ne peut donner que ce qu’elle a. Des lacunes, c’est certain, des choix à faire, c’est probable. Entre la collection et le public, que mettre en avant ! Mardi, le conservateur, Michel B., Raoul D., et les 3 collègues vont démonter l’exposition rationnellement, remettre déjà des prêts et remonter les documents à nous. Mercredi, le Curtius récupérera ses deux prêts. Un arrêt au musée puis un rangement des différents documents de l’Athénée parachevera avec la répétition des journées du patrimoine en soirée ce mois d’août plus que dense et mouvementé.