Septembre où le patrimoine fait la fête

Septembre où le patrimoine fait la fête

Septembre avec plusieurs animations : le premier dimanche du mois ponctué par la visite du patrimoine insolite du musée en wallon. Les Journées du Patrimoine se liront en trois axes : la crypte de l’église de Devant-le-Pont, l’escape room du musée et enfin la balade contée avec 10 patrimoines dialogués. Il y aura aussi la visite de Bruxelles le 23 septembre, sans oublier mais en dehors des activités visétoises le colloque du musée de la vie wallonne le vendredi 28 septembre.

Raoul de Selliers garde le musée samedi et Marie-Josée fera son animation en wallon (7 visiteurs au total) le dimanche. Tout le week-end est consacré à rédiger les Nouvelles du Musée n°30 (rentrée de septembre)  qui seront déposées le lundi à la Porte Ouverte qui nous photocopie depuis le départ notre revue trimestrielle d’information  (200 n° des Infor-Archéologie et ces 30 numéros des Nouvelles du musée). Fin de matinée, c’est le retour des grilles depuis le doyenné d’Outremeuse et leur dépôt à l’église de Devant-le-Pont et l’après-midi, c’est au magasin Retif que plusieurs éléments sont acquis pour le musée. Pendant ce temps, Raoul met sous enveloppes les Nouvelles du Musée et un avis sera envoyé aux membres 2018 retardataires. Mardi avec Astou on prépare leur envoi. le directeur ira porter les tournées visétoises à José, Chantal, Martin, Eddy et Tristan. Astou inventorie les livres et les revues avant de faire les inventaires des documents dont les nouvelles acquisitions. Ce mardi matin, l’équipe visionne les reportages de la Sonuma pour entrer en ligne de compte à l’exposition. Cécile et Marylène sont à la manoeuvre. Les animations des prochaine ssemaines sont mises sur le site internet. Marylène enmagazine les nombreux reportages photos que le directeur et elle-même réalisent dans leur mission. Mercredi, Raoul, Marylène, Jean-Pierre et le directeur nettoient la crypte de l’église de Devant-le-Pont et placent les panneaux de l’église (mis en scène par Marc Poelmans en 2014) et celui consacré à Jo Massin. L’après-midi, passage rapide à l’inauguration de la cafétéria du musée des Transports en commun de Liège. Répétition en soirée de la balade avec Dominique Taxhet et Lucy Lensen, Louis Yans étant indisponible pour jouer son rôle dans la balade fut remplacé au pied levé par mon épouse. Jeudi, jour de récupération de Marylène et mise en place par Astou et Cécile de l’Escape Room, aidé quelque peu par le directeur. Un repas gratifiant pour cette épopée muséale. Après-midi c’est un peu de comptabilité (celle du mois d’août). Vendredi soir, Raoul et le directeur s’en vont à Saint-Hubert assister au lancement des 30e journées du patrimoine à Saint-Hubert. On apprend que le thème de 2019 sera le patrimoine se met sur son trente et un.  Trois activités étaient organisées par le musée de Visé lors de ces 30e journées du patrimoine insolite des 8 et 9 septembre 2018. Les dessous du patrimoine ont vu en 7 heures de visites 152 visiteurs découvrir l’église des Carmes de Devant-le-Pont et sa crypte funéraire aux 42 columbaria.  L’insolite au musée régional voyait des familles et des groupes d’amis découvrir les énigmes destinées à la fin de questions d’observations et de rébus à récupérer la clef pour sauver la Collégiale de Visé menacées d’incendies : 6 groupes ont joué avec ardeur  (42 p. en ces 8 heures d’escape room)(nous savions bien peu que c’était la dernière fois que nous rencontrions Raymond Pierre, un des plus vieux membres de notre asbl). En soirée, 10 patrimoines du centre de Visé étaient découverts et appréciés grâce à des dialogues  possibles, improbables ou impossibles. Dominique Taxhet, Lucy Lensen et Jean-Pierre Lensen ont parcouru les deux soirs le centre ville en deux heures en compagnie de 78 participants. Cette escapade historique allant du 7e au 21e s. se termina par un petit concert du groupe le Temps des Cerises. Mais ce fut aussi l’occasion lors du lancement de ces journées du patrimoine le samedi à 9 h.30 de rendre hommage à l’ancien président de la société archéo-historique, Jo Massin qui nous avait quittés en janvier 2018. Son épouse Bernadette, ses trois filles, ses deux petits fils et plus tard ses deux sœurs ont pu apprécier le panneau et le reportage photos  en compagnie d’édiles et de membres du comité de l’asbl. La presse locale en a largement fait l’écho. En fin d’exposition à Devant-le-Pont, tout le matériel était rangé.

Lundi, il ne reste plus que les grilles de l’animation devant-le-pontoise à ramener à l’étage du musée, le reste ayant été rendu le dimanche après-midi. Le panneau sur Jo Massin a été placé à l’entrée du musée. Cécile continue la préparation de l’expo de novembre, Marylène endosse les photos (nombreuses des journées du patrimoine et de ses reportages dans l’est de la Belgique, chemin de fer bien entendu). Astou ne rentrera que mercredi après une petite opération. Elle terminera l’inventaire des livres et des revues. Intéressant reportage sur Arte sur l’après-guerre 14-18. Mercredi discussion sur l’après-guerrre . Une visite en famille sur la navette fluviale et l’occasion de prendre des clichés des rives de Meuse liégeoise. Le soir, devant une quarantaine de personnes est présenté à l’ancienne maison communale de Dalhem le 2e tome de Dalhem-le-Comté de Jacques Detro que nous avons rédigé et qui a été publié par Blegny-Mines. Jeudi, toujours le train train et le début de l’envoi des livres sur Dalhem. Quelques personnes ne sont pas encore revenues chercher les actes du 3e colloque. Le directeur a une réunion au musée de Herstal puis aux archives de l’Etat à Cointe (Célida). On renvoie quelques livres de Jacques Detro par la poste ou sur place. Maryse garde le musée cet après-midi et au même moment, on  pouvait visiter la salle des Tréteaux (en cours d’aménagement). Le lendemain, reportage sur la procession paroissiale visétoise puis passage à la foire du livre à Saint-Remy où un bon choix de livre et de VHS est acquis. C’est alors qu’une triste nouvelle nous est annoncée : Raymond Pierre (90 ans), ancien ingénieur des mines à Winterslag est tombé mort la veille. Homme très agréable et cultivé, il était un de nos plus fidèles membres. Nous rendons visite en fin d’après-midi à son épouse, à ses enfants et petits-enfants.

Plusieurs membres viennent rendre visite à la maison de Raymond Pierre ce lundi soir. Marylène peaufine le texte sur les élections communales visétoises avant 1914 et enregistre les nouveaux reportages photos. Mme Schyns a ramené son manuscrit et il a été déposé à l’imprimerie Imprimm. Ce cahier généalogique porte le N°12 et devrait sortir le 26 septembre. Le staff reçoit les instituteurs/trices du cycle 5-8 du Sacré-Coeur en vu d’une double animation qui devrait se dérouler en janvier. Mercredi, nous envoyons à tous les souscripteurs du livre de Detro, une annonce sur les addenda et le tome 1. Astou continue l’inventaire des revues, des livres et des documents. Cécile continue la préparation de l’exposition sur l’Armistice. RTC présentait un reportage sur les rendez-vous de Richelle et le champignon  de Wixhou. Jeudi, Astou, Cécile et Jean-Pierre déménagent l’Escape Room présenté dans la salle d’archéologie. Le service du Personnel nous demande de passer pour le dossier concernant le transfert de 2 pts APE  de la ville à l’asbl pour le début 2019, après une décision unanime du collège échevinal de mai 2018. En soirée, acquisition d’une gravure d’Aubin Pasque à la salle de vente Legros de Verviers. Vendredi, l’échevin des Travaux et son directeur passent voir la collection de phonos et ensemble est décidé le transfert de la collection  dans la seconde moitié du mois d’octobre à l’ancienne maison communale de Lanaye rendant ainsi possible l’utilisation de cette pièce pour l’exposition sur la fin de guerre.  Samedi, Marylène guide un groupe de 20 p. dans la ville et au musée.  Dimanche 23 septembre, voyage de groupe à Bruxelles. Arrivée au musée de l’armée où une exposition sur les derniers mois de la guerre et l’immédiate après- guerre. Accueillis par Whisky, la chienne mascotte d’une unité combattante, et aussi par une des commissaires de l’exposition qui nous fit entrevoir les 7 chapitres de l’exposition « Au delà de la grande guerre » . 8 participants. Le dîner fut pris dans un restaurant typiquement bruxellois, rue des Alexiens la feuille de Papier doré où nous pûmes découvrir des  clichés du peintre surréaliste cherattois Aubin Pasque. Nous pensions pouvoir visiter le musée juif mais celui-ci s’est trouvé fermé (aucune indication sur leur site internet) et nous nous sommes rabattus sur l’exposition multiple relative à l’entourage de Klimt au Bozar. Découvertes esthétiques de ces peintres d’Europe centrale, initiateurs de nombreux mouvements : abstraction, surréalisme, futurisme,….peut-être même avant les peintres occidentaux. Retour à Visé peu après 19 h.

Lundi 24 septembre, grande journée des 20 ans de Musée et Société en Wallonie au Préhistomuseum. L’ancien administrateur depuis sa fondation en 1998 que nous étions ne pouvait rater cet anniversaire et de la faire partager à ses trois collègues : Marylène, Cécile et Astou. Un jeu de découvertes en 4 équipes fut organisé dans le « champ » de fouilles, dans le stand de tir à l’arc, dans la grotte et dans le labyrinthe végétal. Puis un repas archéocompatible sustendit la cinquantaine de participants. Puis l’après-midi fut consacré à la gamification ou l’utilisation de jeux, présentée de façon ludique avec des expériences du Musée de la Vie Wallonne, du Préhistomuseum ou du musée des Transports en commun de LIège puis l’heure du départ sonna. Des lots en vente nous attendaient en soirée à la salle de ventes Elysée. Deux peintures de Joseph Cambresier furent acquises. Le lendemain, ce fut un dessin de Henri Daco et une magnifique gravure de François Marèchal et pour terminer le mercredi après-midi, une lanterne magique et ses clichés, une peinture de fleurs de Joseph Lagasse  ainsi qu’une peinture présentant des enfants. Un joli patrimoine pour un musée. Mardi, Marylène continue sa mise au point de l’article sur les élections visétoises d’avant 1914. Cécile continue sa mise au point des panneaux sur l’exposition. Avec  Michel Bovy, allons chercher le support supérieur de l’entrée du musée chez Superplastic. Astou Sylla enregistre les derniers livres reçus, notamment un important don de l’abbé Auguste Reul  et les dernières revues. Un nouveau stagiaire du Sacré-Coeur, David  commence son semestre de travail : après la visite de nos installations, il mettra par écrit des lettres d’un déporté belge du camp de Celle-Lager. Mercredi, allons chercher les cahiers de la généalogie n°12 sur la famille Dessart. Ils seront présentés le soir  en présence des auteurs, M. et Mme Schyns (7 participants seulement). Un petit tour avec notre petite fille au théâtre de marionnettes du musée de la vie wallonne avant d’aller chercher les oeuvres d’art acquises à l’hôtel de ventes Elysée. Jeudi, nous fêtons la Communauté française et passons par le magasin Retif pour prendre des rouleaux de plastibulles ainsi que des petites grilles d’expositions. Vendredi, avec Marylène,  Claude Fluchard, le stagiaire et Guy Reggers, assistons au colloque sur l’immédiate après-guerre présenté au musée de la Vie Wallonne. Cinq exposés en matinée et 4 l’après-midi : L’introduction donnée par M.Babette, M.Meurant sur les documents de la guerre conservés au musée, M. Roubleyn sur le liégeois M.Terfve, le dernier soldat belge tué en opération de la guerre le 11 novembre 1918 à 10 h.45, Catherine Lanneau sur l’immédiate après-guerre, Virgile Royen sur la mémoire de guerre à l’université de Liège et le sentiment anti-germanique prédominant, notamment dans la flamandisation de l’université de Gand. Vincent Génin évoqua la diplomatie belge à Versailles, un fiasco, Luc Peeters rappella les négociations de Spa en 1919, Philippe Raxhon parla du mémoire de la première guerre et de ses suites avant que J.P.Lensen n’évoque la reconstruction principalement patrimoniale de Visé. Occasion aussi de découvrir  et d’acheter un livre sur les gouverneurs de la Province de Liège. Samedi, c’était les 35 ans du Coronary Club où nous fûmes sollicités pour faire connaître le patrimoine visétois par un guidage.  Un mois bien rempli. Chantal Bienvenu garda le musée.