Octobre, mois des choix

Octobre, mois des choix

Octobre et son automne avec des choix à opérer dont le choix électoral mais aussi un choix parmi les nombreux thèmes de la guerre pour notre exposition. Tout le staff y est impliqué : Astou, Cécile, Marylène et Jean-Pierre s’activent pour l’exposition sur l’Armistice. Côté activité, il a le premier dimanche du mois, une visite commentée sur le thème de l’Europe des 28. Puis il y aura le cycle sur les mégalithes : avec une conférence « Au Pays des Dolmens le vendredi 26 octobre à 20 h., suivi de la visite de l’exposition sur Stonehenge au musée de Tongres le lendemain puis le mardi 30, visite du site mégalithique de Wéris.

Lundi, achat de plusieurs matériaux pour l’expo, réunion de concertation sur l’exposition visétoise le mardi. Le jeune stagiaire, David continue la transcription des lettres d’un déporté belge au camp allemand de Celle-Lager. Il y a aussi la liste des dons et des derniers livres par Astou. Passage du trésorier M.Reggers qui veut réaliser une brochure pour le 11 novembre à Lixhe. Le directeur a rendez-vous le mercredi au centre de documentation du musée de la vie wallonne pour chercher des photos sur le départ des Allemands en novembre 1918. Marylène parachève le manuscrit sur les élections d’avant 1914. ce sont les illustrations qu’il faut replacer dans le texte. Vendredi , c’est une visite à la foire aux livres du Séminaire avec quelques achats de livres. Une opportunité qui sera renouvelée mardi (livres vendus à moitié prix alors. Samedi, le directeur prépare avec Astou l’animation du lendemain qui pourrait être concrétisée dans le futur (par des panneaux permanents). L’animation de dimanche n’aura pas le succès escompté mais le questionnaire sur les 28 pays d’Europe posé dans Visé Magazine a  de toutes façons eu son petit succès. En effet, nous avons pu trouver sur chacun des pays de l’Europe actuelle des objets ou des personnages locaux en rapport. 

Les mêmes travaux se poursuivent : l’article sur les élections communales visétoises, la préparation de l’exposition, l’inventorisation des livres et documents toujours aussi nombreux. La Sonuma a répondu positivement à notre demande. Le mardi, allons assister à la conférence très instructive de Francis Balace dans la grande salle de la zoologie : il évoque le mythe de la parachutite et de la 5e colonne qui affecta pas mal d’animation au début de l’offensive allemande. A la question d’un auditeur : serait-ce mieux avec les réseaux sociaux si cela (lancement de rumeurs) se reproduisait, six fois pire répondit M.Balace !!!  Distribuons les dernières publicités du cahier généalogique n°12 avec Astou et David dans les rues du centre de Visé.La chose bizarre (!!) est le nombre important de candidats aux élections qui font leur marché, celà fait partie du combat électoral. Nous demanderons d’ailleurs aux 6 partis présents de nous donner pour le musée après les élections leurs différents prospectus. Jeudi, nous allons chercher la gravure d’Aubin Pasque acquise à l’hôtel des ventes Legros. Samedi, veille d’élections. Le musée ne sera pas accessible le week-end. Que les meilleurs gagnent.

Lundi, un coup d’oeil sur les résultats des élections dans notre région. Les mêmes travaux pour Marylène : Photos et dernière mise au point de l’article sur  les élections d’avant 1914, Cécile développe les panneaux de l’exposition sur l’armistice, Astou continue l’inventaire des documents. Une surprise nous attendait : l’inspectrice de la région wallonne passe à la sauvette : nous lui donnons les renseignements demandés, deux dossiers à actualiser et un à réclamer à d’autres services. Ce sera fait dans les prochains jours. Autre challenge, le déménagement de la collection de phonographes dans un local communal périphérique : nous allons en porter une première série mercredi après-midi avec le chef des travaux Arnaud Wagelmans, aidé par notre bénévole Raoul. David en matinée remplit son stage ( les lettres d’un déporté de la 1ère guerre à Celle-Lager) et reçoit la visite de son professeur de stage, Mme Dubois.  Le lendemain, c’est avec Astou Sylla et en deux véhicules que nous apportons ces appareils (les plus petits bien évidemment)…..les phonos valises, les phonos pour enfants, les phonos à rouleaux et quelques phonos à disques. Une quarantaine d’appareils seront déplacés dans les prochaines semaines. Le but est de procurer une salle de plus pour l’exposition sur l’Armistice  et par après d’y déplacer les principaux bureaux des conservatrices. Quant aux phonos, ils pourront être mis en valeur dans les prochains mois, si la ville, propriétaire de cette collection en donne les moyens.  A défaut d’avoir raté l’exposé de .Colignon sur l’exode (mardi après-midi), nous ne ratons pas jeudi soir celle de M.Deckers sur « Mourir à Versailles » dans la salle communale de Dalhem. Passionnant et mon  épouse n’en rate pas une, elle qui connait à fond l’histoire des rois de France, durant l’époque moderne.  Ce vendredi est mon jour de passage en pays gaumais. Samedi, Raoul garde le musée et le soir, c’est à un double concert que nous assistons dans la salle des Arbalétriers : le cercle royal choral César Franck présente 12 airs de la Grande Guerre (rappel de notre collaboration avec la réalisation d’un CD de chansons de la Grande Guerre) et puis l’harmonie des Arbalétriers avec des musiques 1900 jusqu’à la 2e guerre. Ambiance du tonnerre devant 200 spectateurs survoltés.  Dimanche 21 octobre, après des travaux domestiques, assistons aux conférences sur la résistance dans la région avec spécialement les 2 pères de Val-Dieu. L’auteur Paul De Jongh que nous avons aidé en son temps était assisté par la responsable du fort de Rheynauwen où une dizaine de résistants dont le docteur Goffin fut assassiné par les Allemands le 9 octobre 1943  et par l’évêque de Liège, Jean-Pierre Delville. Son livre est sorti en néerlandais mais sortira en octobre 2019 en français.  Nous espérons que l’auteur sera des nôtres en novembre 2019.

Lundi, Marylène et le directeur participent à la formation de l’ACT sur le néo-gothique successivement à l’église Saint-Pholien (construite par le même architecte que notre collégiale) puis à l’auberge Simenon. Très instructif car de nombreux édifices de notre région (églises, bâtiments industriels, maisons privées) sont de ce style. Même travail pour le staff : préparation de l’exposition, terminaison des Nouvelles Notices Visétoises, inventorisation des documents reçus dont les dépliants électoraux. Plusieurs oeuvres sont acquises à  l’hôtel des ventes Elysée ce lundi soir et ce mardi : 2 aquarelles de Joseph Cambresier, 2 oeuvres de Von Syben qui fit carrière à Visé, une peinture illustrant l’armée belge et nous avons laissé échapper un Vreuls. Il faut savoir s’arrêter. Le directeur suit avec attention les conférences du réseau Ulg et ce mardi 23 celle sur le Japon durant la 2e guerre donnée par Alain Colignon . Un expansionnisme agressif et finalement maté. Mercredi, le staff reçoit la visite de trois membres du musée gallo-romain de Tongres qui souhaitent une large collaboration entre musée de la Cité des Tongres, celle-ci occupe presque toute la Belgique orientale avec des pointes aux Pays-Bas, en Allemagne et même en France. Nous sommes en théorie partants. Lors de la rentrée de notre escapade familiale en Gaume (reconduire notre fils à Musson), nous nous arrêtons à la librairie Pax de Liège pour écouter (en partie) un dialogue avec Marcel Otte et son nouveau livre. Semaine bien remplie car le jeudi 25, avec 4 autres visétois, assistons à un exposé sur les richesses du patrimoine immatériel, organisé par la FWB au musée de la vie wallonne . Particulièrement intéressants les exposés de certains intervenants : une danseuse, un organisateur de fêtes, un comédien wallon, un horloger et le vétérinaire de Dalhem Belleflamme qui nous parla de remèdes vétérinaires. Entretemps les affiches et les invitations de l’exposition sont arrivées et furent envoyées en fin de semaine. Une réunion du comité de l’asbl  clôtura la semaine avec surtout l’acceptation du programme 2019. Et en soirée, la première des 3 activités du cycle sur les mégalithes fut la présentation du spectacle audio-visuel : le Pays des Dolmens de Dominique et Jean-Pierre Lensen. 17 spectateurs séduits par la poésie du dialogue. Une autre vente publique avait lieu le samedi 27 à la vente Lhomme : nous avons pu obtenir plusieurs oeuvres de François Maréchal et une série de 12 gravures très intéressantes sur Liège en 1940. Pour le musée de Herstal, nous avons pu obtenir un magnifique Stevens. peintre futuriste herstalien. Le soir et le week-end suivant, parachevons les Nouvelles du Musée 31 avec les activités jusqu’à la mi-janvier.  La première activité de l’heure d’hiver est la visite de l’exposition Stonehenge au musée gallo-romain de Tongres. 14 participants. Superbes explications sur l’évolution et la signification de ce cercle de pierres. Un tour à la cafétéria paracheva cette journée. Merci à notre guide, M.Beckx. 

Lundi, journée importante car nous avons pu déménager la collection de phonographes dans un local communal périphérique : merci aux 4 ouvriers du service travaux, à Astou,  à Marylène, à Claude, à Emile et à Jean-Pierre. Dès qu’on pourra aménager utilement cette collection communale, nous le ferons. Conservation pour l’instant. L’après-midi, allons à Liège pour rechercher les lots de la vente Lhomme en compagnie de Mme Colle. Cécile prépare la page spéciale pour le prochain Visé Magazine. Mardi marque la 3e animation du cycle sur les Mégalithes avec la visite du site de Wéris : on part du musée des Mégalithes pour découvrir le menhir Danthine et les deux allées couvertes. La pluie intense a réduit le nombre de participants. 12 inscrits, 8 effectifs. Le  dernier jour du mois nous voit partir à Paris. Le trésorier Guy devait nous accompagner mais un lumbago le cloua au lit. Seul dans la capitale française, nous avons pu découvrir le musée des Arts Décoratifs, l’exposition Le Caravage à Rome au musée Jacquemart-André et au musée Marmottan-Monet l’exposition des collections privées allant de l’Impressionisme au Fauvisme. En compagnie de Mme Bordaz, qui nous accueillit ensuite chez elle, nous avons découvert d’autres aspects du musée, où elle débuta sa carrière.Retour de cette soirée Halloween à Visé vers 23 h. Le même jour, Astou et Marylène mirent sous enveloppes les nouvelles du musée, photocopiées le matin même à la Porte Ouverte.