Novembre, fin du centenaire de la Grande Guerre

La plus grande manifestation de cette année 2018 est cette exposition qui se déroulera au premier étage du centre culturel : la dernière lettre avec 3 conférences et plusieurs déplacements qui se sont étalés sur plusieurs mois. Le samedi 3, c’est la visite mémorielle du cimetière de Lorette, le lendemain, ouverture libre du musée à l’occasion du premier dimanche du mois. Le vendredi 9 c’est Alain Colignon qui sera le conférencier sur la fin de la guerre à 20 h.. Puis le vernissage se tiendra le dimanche 11 à 19 h. Deux autres conférences de M.Maraite sur les médecins durant la guerre le 16 M. Fluchard le 23 sur l’opinion publique belge face aux Allemands Le lendemain, ce sera une visite de l’exposition spadoise sur la 1ère guerre à 14 h. Des visites guidées sont toujours possible.  Les émissions de télévision vont s’apesantir sur la fin de la Grande Guerre comme ce 1er novembre sur Verdun et l’arrivée des soldats US. L’Amérique aurait eu peur que son principal client la France ne puisse, en cas de défaite lui rembourser sa créance !! Le 2 , terminons la mise sous enveloppe des Nouvelles du Musée. Dans cette chronique, nous n’évoquons toutes les démarches administratives qui soustendent la vie du musée : la .réponse à des questions, les salaires, les nombreux contacts pour les prochaines activités les démarches avec les autorités et tutti quanti.  La visite mémorielle du cimetière de Lorette se fait dans l’intimité : 6 participants mais est intéressante par les réactions. Notre bénévole, Raoul a accueilli plusieurs visiteurs lors du premier dimanche du mois.

Toute la semaine est réservée à la préparation de l’exposition La dernière lettre. Il faut aménager l’ancienne salle des phonographes. Les banderoles et panneaux arrivent lundi et mardi et Astou, Marylène et le directeur vont installer les banderoles (qui seront au nombre de 42). Les sortir des rouleaux, monter sur les échelles pour les placer, déplacer des vitrines, des peintures et des sculptures. Le mercredi, le stagiaire David vient en renfort. Un petit repas rapide pour se remettre d’aplomb . Tout est quasi placé mercredi soir. Il reste des grilles à accrocher. Les problèmes d’éclairage tant dans le couloir du musée que sur le palier sont résolus le vendredi matin. Quelques achats de matériel pour terminer la présentation et la journée . Marylène et le directeur mettent la dernière main aux derniers détails et Jean-Pierre prend comme à chaque exposition un cliché de tous les documents. Un livret explicatif sera remis à chaque participant ainsi qu’une liste de nos derniers documents. Le directeur va découvrir la petite exposition à la Cathédrale de Liège, les hommes de Dieu pendant la première guerre. Le vendredi soir, c’est notre premier conférencier Alain Colignon qui signe une conférence sur la juste après-guerre et la situation dans chacun des pays vainqueurs ou vaincus. 19 participants. Le lendemain, parachève le livret en français de l’exposition puis me dirige vers Eijsden ou une petite cérémonie rappelle le départ en exil du Kaiser aux Pays-Bas. Puis passage au musée de Herstal pour le vernissage de leur exposition et surtout un petit repas (bol de soupe au rutabages, potée liégeoise et dessert) bien accueuillant. L’exposition composée d’une dizaine de panneaux devait être déménagée dans le cour le soir même. Puis vais assister au magnifique concert donné en la Collégiale de Visé par l’harmonie Sainte-Cécile d’Eijsden. Le lendemain, entre deux films ou commentaires sur l’Armistice, nous rendons à Lixhe où MM.Ronday et Reggers ont organisé avec les enfants de l’école communale le centenaire de l’Armistice. Puis dialoguons avec un journaliste du Limburgs Dagblad pour lui expliquer la teneur de l’exposition. Celle-ci sera inaugurée à 19 h. le soir du dimanche 11 novembre. Discours du directeur du musée, de la commissaire de l’exposition Cécile Lensen, de l’échevine Viviane Dessart, suivi d’un rappel du président Claude Fluchard. 55 participants. Fin de cette soirée vers 21h30.

Lundi, récupération de l’Armistice , on souffle un peu. Mardi, des banderoles décoratives arrivées tardivement sont placées dans l’exposition par Marylène, Astou et le directeur. Premiers visiteurs. Le directeur et son épouse vont écouter la conférence de Mme Lanneau sur les relations entre Pétain et de Gaulle et accessoirement Giraud (qui passa par Visé lors de son  évasion d’Allemagne). Cécile est en récupération (son travail de mise en forme des bannières ayant compté plus de 200 h.). Le stagiaire David continue sa retranscription des lettres d’un déporté de Celle-Lager. Marylène retranscrit les dernières photos. Astou continue l’inventaire des livres avant de retranscrire les comptes d’octobre et de novembre, nombreux avec les premières cotisations 2019. Un groupe de la maison de quartier (15 p.) vient visiter l’exposition sous le conduite du directeur. Le soir, Francis Balace évoque les conséquences pour les Belges du traité de Versailles à l’hôtel de ville de Herstal. Jeudi, chacun suit ses travaux et vers midi, le directeur après un repas « oie » chez Adam fera une visite rapide de Visé pour une dizaine de guides de la Maison du Tourisme du Pays de Herve. La visite se terminera chez Didier Smeets, chocolatier à Berneau. Le bourgmestre Marcel Neven a remis une préface pour l’article de Claude Fluchard sur les élections d’avant 1914.  Vendredi soir, c’est Louis Maraite qui est à notre tribune pour évoquer e.a. son livre sur les médecins, infirmiers et brancardiers durant la première guerre. Des 28 participants, 8 iront découvrir l’exposition à son issue. Samedi, Marylène est de garde et le matin, Xavier Deru, professeur de gallo-romain venait voir nos collections gallo-romaines, dans l’espoir de voir un des étudiants se pencher sur l’étude de ces collections. Dimanche, quelques clichés du haut du 22, rue Haute de la fête des anciens arquebusiers. Emile Willems a accueilli une dizaine de personnes à l’exposition.

Lundi, Marylène peaufine la fin des prochaines Nouvelles Notices Visétoises et assure l e powerpoint de la conférence de vendredi prochain sur l’opinion publique belge face aux Allemands. Les Nouvelles Notices sont déposées à l’imprimerie le mardi, l’épreuve à recorriger rendue mercredi et la relecture effectuée par Marylène et Jean-Pierre et le tout remis vendredi (avec quelques corrections) chez Imprimm. Nous recevons mardi Mme Sacré, professeur au Sacré-Coeur qui après la visite vient réserver 5 groupes. Cécile est en vacances ces deux dernières semaines de Novembre mais elle viendra mercredi accompagner le correspondant de presse Pierre Neufcour à la visite de la presse. Elle est reconnectée depuis ce jour à Internet dans sa nouvelle maison richelloise. Mardi après-midi, le directeur va écouter la conférence de M.Tomasovic sur le cinéma pendant la 2e guerre avec une grosse partie sur le cinéma allemand (avec e.a. Mme Riefenstahl) ., français et américain. Etonnement quant à la part prise par Walt Disney dans la propagande de guerre US. Mardi et mercredi, complètons la comptabilité d’octobre et de début novembre avec Melle Sylla. De garde, mercredi après-midi avons l’occasion de lire la correspondance entre les deux protagonistes de l’exposition Lison et Jean. Très bien écrit, probable et émouvant. Jeudi et vendredi, Astou  continue l’inventaire des documents reçus au musée et a repris les revues pour les inventorier. Jeudi et vendredi, Raoul de Selliers et le directeur participent aux journées d’archéologie wallonne au Préhistomuseum. La première journée est consacrée aux recherches 2017 et 2018. Intéressantes spécialement la fouille du Grognon à Namur, des abords de Bierset, du parking Axa près de l’église St jacques de Liège, Deux vieux de la vieille, Franz Doperé parle des pierres taillées des églises (un livre sorti à 89€) et Marcel Otte du raccord entre la vie en Europe et la Sibérie à la fin du paléolithique. Le vendredi, c’est l’alimentation qui occupa la centaine de participants : « on peut manger de tout mais pas n’importe où et pas avec n’importe qui » ou les joyeusetés des analyses des latrines médiévales….ainsi que l’analyse par isotopes  des restes humains qui en apprennent beaucoup. Nous sommes par après repassé à l’Archéoforum pour découvrir les photos de patrimoine wallon prises par les Allemands en 1916-1917. L’église de Visé est ainsi illustrée. La 3e conférence du cycle de fin de guerre « L’opinion publique belge face aux Allemands ». Claude Fluchard s’est lancé dans une longue introduction sur le 19e s.allemand puis a repris ce qui suivit la fin de la guerre. 23 spectateurs ont pu suivre cette conférence, déjà présentée dans les ac000tes du 3e colloque. Enfin samedi, seuls 6 personnes viennent visiter l’exposition spadoise « Guerre et Paix ». L’ayant déjà vue, j’ai été une fois de plus ébloui par les dessins.  Le soir, scanne les justificatifs des frais de l’exposition « La dernière lettre ».  Astou est de garde ce samedi et dimanche, ce sera Raoul !

L’exposition suit son petit bpnhomme de chemin. Cécile est en vacances, Astou continue l’inventaire des documents mais aussi des revues et des livres qui arriventet Marylène prépare un doculenbt de synthèse sur nos activités. Une classe de 6e primaire de l’Athénée vient voir l’exposition ce mardi puis avec Astou,allons rechercher un lot de divers outils et objets acquis à l’hôtel de ventes Elysée. Ces objets développeront la section d’outillage et de la vie quotidienne. Mercredi, une classe de 2e année du Secondaire passent à l’exposition sous la conduite du directeur. Un souvenir leur est chaque fois donné. Puis nous recevons nos collègues du musée de Herstal présidée par Mme Colle. Quelques livres acquis aux Petits Riens. Le directeur a repris les fiches à mettre sur le listing électronique pour les classer par ordre alphabétique. Les dons et les achats ont été très nombreux depuis le mois de juillet, tant sur la fin de la première guerre que sur les autres domaines intéressant le musée. Probablement le dernier achat en vente publique : un devant d’armoire peint d’une scène de galanterie et signée non pas de Jean mais bien de Joseph Cambresier. Dommage que la plupart des tableaux ne soient pas datés et qu’un cahier des commandes d’oeuvres n’ait pas été retrouvé. C’est à la fois Marylène et Astou qui assurent l’intendance de l’exposition. Le vendredi 30 novembre, nous avons enfin une réunion sur le thème des 31e journées du patrimoine avec en lever de rideau, l’inspecteur Jean Plumier qui nous annonça l’arrivée imminente des documents des 30e journées du patrimoine. Marylène, M.Gabriel et le directeur s’attachèrent dans l’après-midi à suivre les tables rondes des communications. Ainsi se terminait un mois de novembre fort riche en patrimoine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

0000002