Novembre, fin du centenaire de la Grande Guerre

La plus grande manifestation de cette année 2018 est cette exposition qui se déroulera au premier étage du centre culturel : la dernière lettre avec 3 conférences et plusieurs déplacements qui se sont étalés sur plusieurs mois. Le samedi 3, c’est la visite mémorielle du cimetière de Lorette, le lendemain, ouverture libre du musée à l’occasion du premier dimanche du mois. Le vendredi 9 c’est Alain Colignon qui sera le conférencier sur la fin de la guerre à 20 h.. Puis le vernissage se tiendra le dimanche 11 à 19 h. Deux autres conférences de M.Maraite sur les médecins durant la guerre le 16 M. Fluchard le 23 sur l’opinion publique belge face aux Allemands Le lendemain, ce sera une visite de l’exposition spadoise sur la 1ère guerre à 14 h. Des visites guidées sont toujours possible.  Les émissions de télévision vont s’apesantir sur la fin de la Grande Guerre comme ce 1er novembre sur Verdun et l’arrivée des soldats US. L’Amérique aurait eu peur que son principal client la France ne puisse, en cas de défaite lui rembourser sa créance !! Le 2 , terminons la mise sous enveloppe des Nouvelles du Musée. Dans cette chronique, nous n’évoquons toutes les démarches administratives qui soustendent la vie du musée : la .réponse à des questions, les salaires, les nombreux contacts pour les prochaines activités les démarches avec les autorités et tutti quanti.  La visite mémorielle du cimetière de Lorette se fait dans l’intimité : 6 participants mais est intéressante par les réactions. Notre bénévole, Raoul a accueilli plusieurs visiteurs lors du premier dimanche du mois.

Toute la semaine est réservée à la préparation de l’exposition La dernière lettre. Il faut aménager l’ancienne salle des phonographes. Les banderoles et panneaux arrivent lundi et mardi et Astou, Marylène et le directeur vont installer les banderoles (qui seront au nombre de 42). Les sortir des rouleaux, monter sur les échelles pour les placer, déplacer des vitrines, des peintures et des sculptures. Le mercredi, le stagiaire David vient en renfort. Un petit repas rapide pour se remettre d’aplomb . Tout est quasi placé mercredi soir. Il reste des grilles à accrocher. Les problèmes d’éclairage tant dans le couloir du musée que sur le palier sont résolus le vendredi matin. Quelques achats de matériel pour terminer la présentation et la journée . Marylène et le directeur mettent la dernière main aux derniers détails et Jean-Pierre prend comme à chaque exposition un cliché de tous les documents. Un livret explicatif sera remis à chaque participant ainsi qu’une liste de nos derniers documents. Le directeur va découvrir la petite exposition à la Cathédrale de Liège, les hommes de Dieu pendant la première guerre. Le vendredi soir, c’est notre premier conférencier Alain Colignon qui signe une conférence sur la juste après-guerre et la situation dans chacun des pays vainqueurs ou vaincus. 19 participants. Le lendemain, parachève le livret en français de l’exposition puis me dirige vers Eijsden ou une petite cérémonie rappelle le départ en exil du Kaiser aux Pays-Bas. Puis passage au musée de Herstal pour le vernissage de leur exposition et surtout un petit repas (bol de soupe au rutabages, potée liégeoise et dessert) bien accueuillant. L’exposition composée d’une dizaine de panneaux devait être déménagée dans le cour le soir même. Puis vais assister au magnifique concert donné en la Collégiale de Visé par l’harmonie Sainte-Cécile d’Eijsden. Le lendemain, entre deux films ou commentaires sur l’Armistice, nous rendons à Lixhe où MM.Ronday et Reggers ont organisé avec les enfants de l’école communale le centenaire de l’Armistice. Puis dialoguons avec un journaliste du Limburgs Dagblad pour lui expliquer la teneur de l’exposition. Celle-ci sera inaugurée à 19 h. le soir du dimanche 11 novembre. Discours du directeur du musée, de la commissaire de l’exposition Cécile Lensen, de l’échevine Viviane Dessart, suivi d’un rappel du président Claude Fluchard. 55 participants. Fin de cette soirée vers 21h30.

Lundi, récupération de l’Armistice , on souffle un peu.