Les publications du centenaire

Les publications du centenaire

 La Quinzaine tragique :

souvenir de la destruction de Visé

Edité par la ville de Visé en mai, le cahier du parcours mémoriel mis en scène par Cécile Lensen reprend dans l’ordre chronologique les 14 stations du parcours mémoriel, qui s’étend sur 3 km. Il est toujours disponible à l’exposition, au musée et à la maisons du tourisme au prix de 3 €.

Villes martyres

Visé, Andenne, Tamines, Dinant, Aarschot, Leuven, Termonde

Edité par les 7 villes martyres de la Grande Guerre, grâce à l’appui de l’état fédéral et sorti en mai, VILLES MARTYRES – Belgique – Août-Septembre 1914,comprend 458 pages et grâce à 12 auteurs a montré une synthèse approfondies des événements qui se sont déroulés dans les 7 villes (Vise pour la Province de Liège, Andenne, Tamines et Dinant pour la province de Namur, Aarschot et Leuven pour le Vlaamse Brabant, Termonde pour la Oost-Vlaanderen).

Les auteurs ont aussi expliqué le déploiement de la mémoire de ce conflit depuis la fin de la guerre. Et surtout une liste exhaustive des civils martyrs dont Dinant compta 674 civils exécutés.

La partie visétoise a été traitée par le conservateur du musée, Jean-Pierre Lensen et reprend le récit de la quinzaine tragique.

Visé, une cité martyre au coeur de la Grande Guerre

Edité par la ville de Visé en juin et sorti en juillet, l’ouvrage « Visé, une cité martyre au coeur de la Grande Guerre » regroupe les contributions de 17 auteurs et a pu être mené à bien et tambour battant en moins de deux mois par une équipe qui en voulait :

Marylène Zecchinon pour la belle mise en page et les corrections, Jean-Pierre Lensen pour la coordination et les illustrations, Cécile Lensen pour la couverture et Claude Fluchard pour les corrections finales. Rappelons qui sont les auteurs : Simon Alexandre et Nicolas Evrard (Tamines martyr) Thierry Babette (le 12e de Ligne), Francis Balace (L’espionnage du début de la guerre), Christophe Bechet (Le chemin de fer de Stavelot), Gil Bourdouxhe (Les gendarmes morts à Visé, Bouko et Thill et la gendarmerie), Armand Bovy et Marylène Zecchinon (La ligne de chemin de fer Tongres-Aachen), Eddy Bruyère (les Arquebusiers en 14-18), Sophie Delhalle (Le Comité de secours à Visé), Claude Fluchard (les Arbalétriers et la vie communale en 14-18), Thomas Lambiet (Le pays de Herve martyr), Jean-Pierre Lensen (La chronologie des événements, les atrocités sans circonstances atténuantes, Déportés, réfugiés et espions), Marcel Neven signe la préface, Vincent Scarniet (Les premières destructions du Génie), Axel Tixhon (Dinant martyr), Jacques Vandenbroucke (Andenne martyr), Marylène Zecchinon (Liste des décédés et liste des illustrations), Alain Woolf (Les Francs-Arquebusiers en 14-18). Soit un livre riche de 320 pages et de 140 illustrations. Le prix de vente sur place est de 26 €. et le livre sera présenté et disponible pendant toute la durée de l’exposition.

Tout qui voudrait le recevoir par la poste paiera 7 € de frais d’envoi en sus sur le compte BE77 3400 2758 7242 du musée de Visé,somme qui sera reversée sur le compte de la ville de Visé.

Double numéro des Nouvelles Notices Visétoises

Edité en juillet par le musée régional et la ville de Visé, le double numéro des Nouvelles Notices Visétoises n°128-n°129 reprend sur ces 80 pages des récits de 14-18. Les témoignages de 9 prêtres de l’entité de Visé rendus à leur évêque, puis faits devant un juge ou un commissaire de police, les récits de 16 témoins majeurs de la tragédie de Visé et quatre témoignages d’anciens combattants, Jean Vanwissen, Jules Peuvrate, Jean-Nicolas Dumoulin et Maurice Vanderpluym.

La Basse-Meuse dans la guerre

Site de Céfal

Le mardi 4 août 1914, à peine la frontière franchie, les troupes allemandes sont arrêtées au pont de Visé. C’est le premier combat de la Grande Guerre en territoire Belge, il se terminera provisoirement à l’avantage des troupes belges. Dès l’occupation de la ville, des exactions eurent lieu, des civils furent pris en otage, parfois abattus, fusillés, pendus… Le 12e de Ligne, affecté à la défense des espaces entre les forts, offrira une défense héroïque et comptera ses premiers morts. Le 15 août, dans la soirée, l’impensable eut lieu : 585 maisons étaient incendiées et le centre historique de Visé partait en fumée. Nombre de villages environnants connurent un sort identique. Cet ouvrage retrace une quinzaine tragique qui marquera à jamais les esprits et restera le symbole du courage des soldats et des civils. L’auteur, conservateur du musée régional de Visé, présente également la vie quotidienne des habitants, la reconstruction qui suivit le massacre et l’armistice tant attendue, le tout enrichi par 220 photos d’époque.

Complémentaire à ces quatre ouvrages, le livre édité par les Editions Province de Liège (anciennement Céfal) est riche de 148 pages et abondamment illustré. Jean-Pierre Lensen en a fait une synthèse qui concerne non seulement les événements survenus à Visé,mais aussi la bataille de Liège puis le mois tragique en Basse-Meuse sans oublier le reste de la guerre jusqu’au milieu des années 20 ainsi que les réfugiés, les déportés et les suites de l’Armistice.

D'autres livres ont été édités auparavant -voir la liste dans l'onglet BIBLIOTHEQUE  - Histoire contemporaine - 14-18