La chronique du mois de novembre 2013

La chronique du mois de novembre 2013

Mois du souvenir, dernier mois de l’automne météorologique avec nombre de célébrations :Toussaint, St Hubert, Armistice, St Martin , Arquebusiers, Dynastie; le samedi 2, nous guidions un petit groupe d’habitants dans les deux cimetières de Glons avec la présence d’un journaliste de plus. Temps pluvieux intense et le premier dimanche du mois quasi désert. Merci à Raoul.

Lundi 4, amenons plusieurs panneaux sur la vie festive à l’école Lieutenant Jacqmin pour M.Kariger. Préparons les documents qui seront prêtés à l’exposition sur Napoléon et la vallée du Geer et qui viennent de notre musée et du musée des Anciens Arquebusiers. Le soir, soirée d’ouverture de l’année commémorative du centenaire de la Grande Guerre au théâtre royal de Namur. Un film, des discours dont celui des ambassadeurs et un récital de textes d’époque. Début en fanfare. Mardi, recevons  l’entreprise Visiorama et en soirée, la 6e réunion locale de la commission du Centenaire. On avance.Mercredi et jeudi, mise au vert du réseau des musées d’ethnologie wallons au Fourneau Saint-Michel et au musée en Piconrue. Le sujet  du débat: les collections.? Peut-on accepter tout ?, peut-on se défaire de pièces de grandes séries sans valeur ? Les mises en dépôt, les lots, les collectionneurs !. Etaient présents les musées de la Vie Wallonne, de Visé, de Mouscron, de Comines, de Hélecine, du Fourneau St-Michel, Piconrue ou encore l’Ecomusée de Treignes. Intéressant la petite exposition sur la guerre 14-18 à Piconrue. Le lendemain, suivons dans deux écoles les cérémonies de l’Armistice à Devant-le-Pont et à l’Athénée.Une réunion avec l’échevine et le service de communication.On répartit les travaux: dépliants, panneaux et livres scientifiques à réaliser. Le soir, cerise sur le gâteau, nous assistions au vernissage de l’exposition  » Napoléon dans la vallée du Geer ». Présence du gouverneur Michel Forêt, des autorités communales et paroissiales pour fêter les 40 ans du centre culturel de la Passerelle de Bassenge. Samedi et tout le week-end, donnons un coup à la dernière publication de l’année : les Nouvelles Notices Visétoises 2013-3. Avec les activités 2014, les prochaines activités Visé au Moyen-Age (3) de John Knaepen, un récit d’août 1914 du conseiller provincial Henry Bury, Apocalypse en Basse-Meuse  avec la suite de l’odyssée du curé prisonnier Marcel de Villers en 1943 et 1944  et surtout au centre , 16 reproductions de la tragédie de 1914. Marylène a terminé la retranscription des cahiers Bury et les scannages des nombreux documents annexes.Maryse vient de terminer la retranscription des  nombreux documents entrés au musée (mais de nouveaux documents se sont déjà ajoutés ) et s’engage dans l’inventaire des revues. Cécile a terminé la recherche des phrases chocs pour les panneaux 14-18 et le site internet.

Lundi 11 novembre, suite des travaux relatifs aux Nouvelles Notices Visétoises et participation (avec mission photographique) au cortège du 11 novembre, avec une harmonie, 5 des 7 membres du Collège communal, des conseillers, les porte-drapeau, les anciens combattants,l’amicale des Paras-Commandos,les enseignants et directeurs, plusieurs dizaines d’élèves et des habitants  : rue des Béguines, rue des Récollets, rue Basse,MONUMENT AUX DEUX GUERRES, rue Porte de Souvré, MONUMENT AUX RESISTANTS TUES A LA LIBERATION, rue de Jupille, place de la Collégiale, MONUMENT AUX FORCES BELGES EN ALLEMAGNE, boulevard des Arquebusiers, MONUMENT A ALBERT 1er, boulevard des Arbalétriers, Place Reine Astrid, MONUMENT AUX DEUX PREMIERS GENDARMES tués le 4 août 1914, avenue du Pont, MONUMENT DE LA GARE, pont du Roi Baudouin, MONUMENT DU 12e DE LIGNE et retour par le pont, la place Reine Astrid et larue du Collège au centre culturel. Mardi, rencontre avec Armand Bovy, initiateur du petitmusée du chemin de fer de Visé. L’après-midi,nous sommes informés de la présence d’un puits face au n°34 de la rue Basse.L’explication la plus probable est que ce puits était annexé à un jardin des Encloistres et qu’à la reconstruction, la rue Basse a été élargie et aurait englobé ce puits. Petit brainstorming de l’équipe pour réorganiser 14-18 dans cette matinée du mercredi 13. Une dizaine de personnes de la société vient voir l’exposition sur la période française dans la vallée du Geer sous le guidage de Lucien Van Stipelen. Rapide voyage à Namur pour visiter  l’exposition à la maison de la Culture sur  14-18 avec les effrayantes gravures allemandes d’Otto Dix et de Georges Crosz. Ensuite, ce fut Antica Namur avec deux excellents contacts avec des antiquaires liégeois tout disposés à nous aider dans une prochaine exposition (2015-2016) sur Vreuls ou d’autres frères en peinture.Puis le vernissage de l’exposition Bestiaires  au musée des arts anciens. Au retour, terminons la couverture de notre prochaine revue.Jeudi, nous peaufinons avec Cécile Lensen les nouvelles notices pendant que Maryse continue le recensement des dernières revues. Le soir, allons écouter le curé de Nazareth Emile Shoufani, homme de concorde s’il en est. Le 15 novembre, rencontrons le proviseur de l’Athénée, qui nous explique le cabaret joué par les élèves de l’Athénée:Nées en 1914 qui sera présenté aux Tréteaux en mars 2014.Le soir, 60 personnes ont écouté le professeur Francis Balace venu évoquer une rumeur qui a persisté avant et pendant la première  guerre : Albert 1er pourrait devenir le roi des Français. De nombreuses questions pour cette soirée qui se termina vers 22 h.30.Le lendemain,nous recevions 3 demoiselles, étudiantes en restauration de St Luc pour leur expliquer les démarches d’un musée. Sélectionnons encore dans les albums Lhoest-Anceaux 30 pages de documents sur 14-18.,à scanner. Dimanche, avons l’occasion de filmer la sortie de l’église des anciens arquebusiers, ainsi que la rentrée et la séance commémorative. Après avoir lu le 2e appel à projets,  rédigeons en soirée un projet martyr de l’exposition d’août 1914.

Lundi 18, de l’administration et la préparation des réunions de la semaine prochaine. Cécile, Lucie et Jean-Pierre discutent des panneaux et de la scénographie de l’exposition du centenaire.  Début d’après-midi, le commissaire de police Pierrot Lucasse vient visiter notre collection d’armes à feu.Nous évoquons aussi l’histoire de sa famille et de son grand-père déporté en Allemagne durant la première guerre. Mardi, Marylène continue imperturbablement le scannage des photos argentiques relatives à la Grande Guerre. Nous en profitons pour ranger les dernières photos reçues au musée. Les photos sont classées géographiquement et par format. Le tout servira pour les panneaux, pour l’exposition, pour les conférences et pour les publications.Mais plus de 500 photos sont déjà scannées. Le soir, les émissions Apocalypse d’Hitler et la recherche des nazis nous ont interpellé. Mercredi, dans l’après-midi, petite récupération et présentation du montage audio-visuel »Au Pays des Dolmens » pour les seniors de l’AILG. Les deux jours suivants, Jean-Pierre et Raoul participent au colloque sur les résultats des recherches archéologiques en Wallonie,au grand local de la CSC à Bouge. La phrase pour tout lotisseur  « L’archéologue est la personne qu’il faut voir avant,pour éviter les ennuis après ».Intéressants ont été les exposés sur le zonage archéologique,les chantiers des collections, les découvertes faites en province de Liège, la sidérurgie antique à Baelen, des bâtiments médiévaux daté de la fin du 15e  s. à Liège, soit l’actuel évêché et le local Gillam au Mont-Saint-Martin,les inhumations de l’abbaye de Stavelot, l’étonnante datation des aires de cuisson du site des champs d’urnes du Trilogiport de Hermalle : 7e et 8e s. soit à l’époque mérovingienne, soit 1800 ans après le champs d’urnes !,l’étude des mortiers et des chaux et les anciennes voies romaines et médiévales. Quant à l’exposé sur les fouilles de Glons, il fut annulé ! Nous avons profité de la pause de midi pour aller voir un matériel d’exposition.Jeudi soir, à peine revenu, deux rendez-vous, le C.A. de la maison du Tourisme de la Basse-Meuse et l’exposé de l’évêque-historien de Liège, Jean-Pierre Delville qui nous a parlé du nouveau pape François. Les soirées sont toujours consacrées aux réponses Internet et à la préparation de la commémoration de 14-18.

Lundi 25, nous accueillons un nouveau stagiaire, Nicolas Brepoels de Glons qui transcode d’abord les photos des tombes des deux cimetières de Glons. Nous accueillons deux étudiantes de l’institut Lambert Lombard, Gérardine et Maud,chargée de faire un plan novateur des rives de la Meuse.Marylène continue à scanner les dizaines de documents sur 14-18. Réunion du comité à 16 h. avant une réunion (la 7e) de la commission communale.Est décidé de mettre dans le second appel à projets un spectacle de reconstitution et musical pour le 15 et le 16 août 2014.Mercredi sortent les dernières Nouvelles Notices. Tout le staff s’y attelle et tout est bouclé à midi. Une tournée pour les  porteurs visétois et le début des envois postaux. Décommandée lundi soir, la visite de la brasserie  Curtius  (visite dans l’entreprise des accises ce jour-là).Nous allons cependant au lieu de rendez-vous pour l’annoncer aux quelques personnes que nous n’avons pas pu contacter entretemps.On nous annonce en fin d’après-midi que le puits de la rue Basse (face au n°34) sera démoli le lendemain à l’aube. Nous y allons : prise des dimensions, des données physiques et des photos. En fin d’après-midi, rendez-vous avec Claude Puts,de l’échevinat de l’Environnement  et son assistant pour voir la faisabilité de la pose des panneaux et du monument aux civils visétois dans le parc de la placé des Déportés. Rédigeons aussi le plan du futur site internet vise14-18 envoyé à la webdesigner. Vendredi,contact avec le président de l’atelier vidéo de Berneau pour parler de différents projets 14-18. Marylène termine avec soulagement le transcodage de tous les documents 14-18 présents dans notre centre de documentation photographique.Il restera quelques négatifs à transcoder. Accueillons à 18 h. le président de la société d’histoire de Comines, notre alter ego occidental, Francis de Simpel qui vient présenter (une quinzaine de participants) la vie à Comines pendant la Grande Guerre :à l’ouest les Anglais, à l’est les Allemands. Le lendemain, il nous fait l’honneur de suivre notre parcours mémoriel et de visiter notre musée. Se termine ainsi un mois très fécond.