[Index du Patrimoine] Lettre A

[Index du Patrimoine] Lettre A

(L’ancienne) Académie de Musique César Franck de Visé / Clinique Saint-Augustin
Ancienne Clinique Saint-Augustin / Académie César Franck

Si l’académie de Musique César Franck occupe actuellement une partie du 1er et 2nd étage du Centre Culturel de Visé, rue du Collège, cela ne fut pas toujours le cas. Elle fut précédemment installée, de 1964 à 1997 dans les anciens bâtiments de la Clinique Saint-Augustin, dans l’Allée Verte conduisant à Haccourt. Celle-ci avait ouvert en 1938, moderne et confortable pour son époque, ses infirmières étaient alors des Sœurs de l’ordre de Saint-Augustin de Liège.  Elle devait être fermée au profit de l’hôpital de Notre-Dame à Hermalle, qui est toujours en activité. 

Ce bâtiment fut également le lieu d’un petit séminaire de St Vincent de Paul des Lazaristes après la seconde guerre mondiale. 

 

 

Promenade d’Aiguillon (Devant-le-Pont)

Une rue fut baptisée en 1959, promenade d’Aiguillon, en l’honneur du jumelage Visé-Aiguillon. Scellé en 1958, le jumelage Visé – Aiguillon est le plus ancien de la Province de Liège, mais les années n’ont en rien effrité la qualité des relations puisque tous les 5 ans, Visétois et Aiguillonnais se retrouvent dans l’une ou l’autre ville jumelle autour de nombreuses manifestations variées. 

Promenade d'Aiguillon

 

Avenue Albert Ier (Visé)

On créera une nouvelle percée qui sera ouverte à la circulation en 1932 et sera appelée en l’honneur de notre 3e roi : Avenue Albert ler. Celui-ci sera enlevé à l’affection de son peuple le samedi 17 février 1934, à Marche-les-Dames.

Les anciens Arquebusiers  de Visé

Arquebusiers

La Compagnie royale des anciens Arquebusiers est née en 1579.

La gilde des Anciens Arquebusiers perdit la presque totalité de son patrimoine lors de l’incendie de la ville, dont surtout son vaste local. L’architecte provincial Thuillier reconstruisit un nouveau et superbe bâtiment en style mosan. Il mit l’accent sur le porche d’entrée en bossages surmonté d’une tour monumentale. Un pignon à gauche contrebalance le sommet bulbeux de droite.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site officiel.

Un article plus détaillé sera réalisé sur le site.

Rue Pierre Andrien (Cheratte)

Un autre point de vue nous montre l’entrée du village de Cheratte : la voie de chemin de fer, les poteaux électriques en bois, un signal sémaphore avec à gauche la tour de l’église Notre-Dame et à droite la gare de Cheratte. Tout ce quartier de la rue Andrien, à l’ouest de la voie ferrée,sera aménagé après la rectification de la courbe du fleuve dans les années 30 (avec l’île Monsin, aménagée en 1928). La largeur du fleuve sera encore réduite à la construction de l’échangeur de Cheratte vers 1960 puis de l’autoroute du Soleil (E25) de 1968 à 1974.

Voir un article consacré à Cheratte.

Les Arbaletriers Visétois

Arbaletriers

Particularité des traditions visétoises, le rappel du rôle joué par les compagnies armées, constituées de bourgeois qui défendaient l’ordre public de la bonne ville. La plus ancienne, mise sous la protection de St Georges est celle des Arbalétriers, déjà constituée au 12e s. mais reconnue en 1310 (?). Le porte cornette précède l’état-major et le porteur du collier ancestral, le roy de la Gilde, M.Perot. La messe d’offrande a eu lieu et le cortège de près de 200 « pantalons » rentre dans la rue Haute pour rejoindre le local.

La reconstruction des maisons s’est faite en une dizaine d’années : le nouveau local des Arbalétriers n’est pas encore édifié. De superbes maisons de tous les styles mais principalement du style mosan vont sortir de terre, à l’instigation de l’Office des Régions Dévastées, chef d’orchestre de la renaissance de notre ville. Des plans cohérents, des mesures urbanistiques strictes feront de Visé une ville nouvelle, superbe et achalandée, dotées des infrastructures (égout, alimentation en eau, gaz et électricité). Il faudra cependant que toutes les chaussées soient rehaussées et parachevées et même éclairées.

Un staff d’architectes de renom fut appelé au chevet de nos monuments : MM. Jaspar, Jamar, Thuillier, Thibeau, Deshayes, Habran, aidés par de « plus féconds »comme MM. Lambert, Davister et Lejeune. Ce sera M.Thibeau qui, dans la rue Haute, édifiera le nouveau local des arbalétriers, en style mosan : arcades, fenêtres à croisée, variété des matériaux, oculus, petits reliefs en tuffeau. Une salle de fêtes, un café et un musée seront ainsi aménagés.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site officiel.

Un article plus détaillé sera réalisé sur le site.

Chaussée d’Argenteau (Argenteau)

Ce cliché explique bien la conformité du centre du village vers 1910 : le pont métallique, les voies de chemin de fer, l’hôtel du Tourne-Bride dans le fond, le rocher de l’ancien château et Pont et Châteaula route vers la gare. Les maisons à l’avant-plan faisaient partie de la rue Franche-Garenne. Le long de la grand route, se tenait un marché aux fruits célèbres et des villages environnants tous les arboriculteurs amenaient cerises, pommes, poires….Le cliché est pris du haut du nouveau moulin d’Argenteau, installé là dès 1882.

Du moulin, la route passait devant la gare d’Argenteau et au passage à niveau, continuait vers Cheratte. La route suivait alors un tracé parallèle au fleuve. Mais sur notre photo, on voit surtout la montée vers Sarolay avec au pied de la côte, les écoles et la maison communale et plus haut, le petit manoir des Berbisettes , construit aussi au 19e s.. A remarquer les protections et la barrière au pied de la côte. Non loin de la maison communale, il y avait l’entrée des bois d’Argenteau (Domaine de la Julienne).

 

 

L’autoroute E25 (Ancienne E9)

Un vaste remblai a réduit sensiblement la largeur de la Meuse : un port de déchargement de matériaux de construction et de grains a été aménagé. On parle aussi de faire passer à cet endroit dans les prochaines années une autoroute. Elle sera inaugurée en novembre 1974, par le ministre des travaux publics d’alors Jean Defraigne. C’était alors la E9.

Retour à l’index