Août, la reprise

Août, la reprise

En août, point de voyage à Reims car les participants étaient trop peu nombreux. A part le premier dimanche du mois et les gardes menées par le staff ou le comité, il restera la visite d’Aubechies, le samedi 25 août. Sans oublier une visite de Lanaye et d’Eisjden suscitée par la Maison du Tourisme de la Basse-Meuse le 26 août en matinée

Vacances de Marylène les premiers jours d’août, elle recommencera le 6 août. Cécile  profite de quelques heures de récupération mais s’investit dans la gestion du site avec de nouvelles notices sur les chants de 14-18, tout en préparant l’escape room des journées du patrimoine. Seule Astou maintient l’église au milieu du village. Elle continue l’inventaire de nombreuses affiches reçues notamment du musée de Kinkempois ainsi que le fonds Bovy avec de nombreuses images religieuses. Mercredi 1 août, rangeons ensemble les gravures et les cartes. Le directeur rédige quelques dossiers sur le fonds écureuil et sur le CGT. Jeudi continuons le rangement des réserves avec  la fin des découvertes faites sous un petit local (dénommé le cagibi VACA), ou sous le commissariat (actuel CPAS)(VACO), Pièces intéressantes allant de tuiles gallo-romaines à des bouteilles contemporaines, avec de beaux documents d’époque moderne. Samedi, le directeur profite de sa garde pour classer des documents et des photos. Et dimanche, c’est Raoul qui sera de garde. Il était temps aussi de ranger les nombreuses photos prises de ce de là sur le patrimoine visétois, soit 4410 photos depuis 2012. (fin jeudi soir)

Lundi Marylène classe les photos et Cécile prépare son animation des journées du patrimoine. Mardià l’aube, ce sont les laveurs de vitre qui viennent et Marylène, Cécile et le directeur remettent les bureaux en place. Astou, la secrétaire et Jean-Pierre classent les justificatifs de trésorerie. Céxcile teste son jeu qu’elle va présenter aux journées du Patrimoine. Mercredi matin, Michel Bovy, homme à tout faire du musée du chemin de fer vient nous donner un coup de main pour remettre en ordre des cadres (passage au Brico pour chercher 4 verres de 2 mm d’épaisseur). Après un dîner sandwiches pour l’équipe, Cécile, sa fille, Astou et Raoul vont visiter le chantier de fouilles du néolithique ancien de Bierset. Une vingtaine de participants pour cette découverte d’une heure trente. Mme Goffaux et M.Destexhe travaillent avec d’autres ouvriers sur ce chantier dès plus intéressants. Nous recevons de la part de Jean-Louis Kupper un très intéressant article sur la translation de la châsse de saint Hadelin de Celles à Visé en 1338. Le soir, rebelote mais cette fois-ci au Préhistomuseum avec l’éblouissante conférence d’Anne Hauzeur, originaire de Dalhem et qui mène une très intéressante carrière internationale (B,LUx, Fr) : le sujet était le néolithique ancien. Beaucoup de nbouveautés depuis notre TFE de 1976. Le directeur montra un silex trouvé au centre culturel, qui avait toutes les caractéristiques de cette industrie lithique. Jeudi nous passons à la Collégiale où la châsse de saint Hadelin n’est pas radiographiée mais filmée dans différents axes (40 clichés tous les 9 degrés) pour en faire une représentation 3D, qui sera présentée fin novembre dans une exposition à Namur. Astou, le directeur et son épouse s’en vont découvrir les richesses livresques du village du  livre, Redu. Astou photographiera l’exposition d’une trentaine d’illustrations d’écrivains de la Grande Guerre,répartis dans tout le village. Egalement l’achat d’une dizaine d’ouvrages sur les deux guerres et sur le folklore, dans les 8 librairies ouvertes. Entretemps, Marylène reçoit la visite des époux Schyns-Lacroix venus apporter leur dernier travail généalogique, qui devrait sortir en septembre. Samedi, passons à la ferme d’Artagnan pour discuter du souper baroque. A 16 h., un groupe de M.Baron (anciens de l’Université de Louvain) viennent visiter la châsse de St Hadelin ainsi que le musée, sous la conduite du directeur. Le lendemain, c’est la fête d’été des anciens Arbalétriers filmée de sa fenêtre par Cécile Lensen.

Lundi Marylène s’intéresse aux prochaines activités et mardi après-midi, tout le staff se penche sur les activités projetées en 2019. Une grande exposition sur le thème de l’enfance aura lieu en octobre dans la chapelle des Sépulcrines. Le soir, autre patrimoine traditionnel immatériel, la messe de l’Assomption en plein air avec la présence des associations patriotiques (rappel de l’incendie de la ville le 15 août 1914). Sur le même thème, partons assister au spectacle audio-visuel en plein air sur l’Armisitce sur la place d’Armes à Namur. Retour peu après minuit. Le 15 août, le musée reste ouvert grâce à Astou. Quelques achats à la brocante de Lorette dont un tableau à l’huile représentant le bas de la rue Basse par le peintre Van Syben. Cécile terminera la rédaction du livret sur l’escape room des journées du Patrimoine et des animations futures. Jeudi, visite chez l’épouse de Jo Massin pour récolter des renseignements et des photos sur notre ancien président pour l’hommage qui lui sera rendu aux journées du patrimoine. Peu de temps après, c’est le châtelain du château limbourgeois de Geulle. Le lendemain, le directeur du musée découvrira le  musée de l’aréme de Paris avec une exposition sur l’armistice et les collections des deux guerres, le temps d’acquérir trois ouvrages sur Vauban et la Grande Guerre. L’escapade parisienne passera aussi par le Petit Palais et ses intéressantes collections permanentes ainsi que par le riche musée Cernuschi et l’histoire du parfum en Chine. Le retour sera plus épique car le train arrêté à Leuven pour cause de problème à la signalisation des Guillemins nous fera rentrer en….taxi à Visé. Une bonne nuit de sommeil et samedi retrouvaille avec Viva Roma que découvre Mme Lensen. Isabelle Maltus garde le musée. 

Le lundi 20 août. Cécile Lensen termine son cahoier d’escape room. Marylmène continue la rédaction de l’article de Claude Fluchard sur les élections communales visétoises avant la guerre 141-18. Astou a deux semaines de récupération pour participer à un stage sportif. M.Michon d’Eijsden passe chercher les panneaux 14-18 le mardi. Mercredi, c’est la journée gaumaise avec un arrêt à l’abbaye en ruines de Clairefontaine à Autelbas. Le panneau mettant à l’honneur Jo Massin est terminé.  Jeudi et vendredi après-midi, Marylène récupère. Le 2e tome de Jacques Detro est terminé et les livres sont emportés de Blegny-Mines et répartis tant à la commune de Dalhem qu’au musée de Visé. La présentation officielle aura lieu le 12 septembre à 19 h. à  Dalhem. Mme Counasse vient préparer son animation du 2spetembre : le patrimoine insolite du musée en wallon. Un comité a lieu avec 11 présents et 5 excusés. On définit les prochains travaux et on fait  le bilan du premier semestre. Nous allons assister à la conférence de Francis Balace sur la fin de guerre en 1918 et ce qui va se passer dans les domaines politiques et économiques. Une longue série de questions vont prolonger la soirée terminée vers 22h30. Samedi, c’est un voyage à Aubechies qui se fera en voitures privées avec un apéritif matinal au musée SILEX’s à Spiennes. Les 12 participants se retrouveront à 14 h. dans les animations de l’archéosite d’Aubechies : de la vente de silex reconstitués à des drills de soldats romains. Reconstitution d’une scène de théâtre, présentation d’épées hallstatiennes et de nombreuses productions et animations. retour peu avant 20 h. Le lendemain, le directeur a été sollicité par la maison du tourisme du pays de Herve pour faire une visite de Lanaye. 15 présents et passage en bac « le Cramignon » pour arriver à Eijsden et en profiter pour visiter le village frontière à la guerre 14-18 avec l’aide Herbert Michon. Une vingtaine de stands , des anciens métiers, des soldats saxons et écossais, nos panneaux d’exposition et d’autres sur la vie à Eijsden et à Mouland, quelques outils prêtés par la famille de Théo Broers et quelques belles animations ou présentations de la vie à l’époque. Même ambiance en fin d’après-midi mais à Berneau où la commune de Dalhem et des associations ont mis en scène l’ambiance du début du 20e s. : beaucoup de costumés, des danses folkloriques et  une part importante laissée aux jeunes enfants. Les buvettes étaient aussi bien achalandées. Bonnes organisations des deux côtés mais avec des objectifs différents : plus didactiques au château d’Eijsden.

Mardi 28, le directeur Jean-Pierre comme promis alla aider au déménagement de Musée et Société en Wallonie du moulin de Beez à N amur, place Falmagne (3e étage) et profita de son passage à Namur pour visiter l’exposition sur Namur durant la Première guerre aux archives de l’état. Marylène alla porter ce jour-là des affiches des journées du Patrimoine à Devant-le-Pont et la journée se termina par la rencentre avec M. et Mme Schyns pour parler du cahier de la Généalogie n°12 consacré à la famille Dessart  Mercredi, Cécile se pencher sur le scénario de l’exposition sur la fin de guerre et Marylène termine de dactylographier le texte sur les élections de Visé avant 1914. Nous aurons aussi bientôt les ouvrages de Jacques Detro sur Dalhem-le-Comté. NOus allons chercher des enveloppes à l’entête de la commune de Dalhem pour envoyer aux souscripteurs et à la grnade liste de  cette commune. Ce mercredi, le directeur se réunit avec le bureau du musée de Visé. Astou de son côté est toujours en récupération pour s’adonner à son sport préféré. Jeudi 30 et vendredi 31, ce sont les journées mosanes qui dans  l’auditorium de la Boverie vont évoquer le 13e s. mosans. En matinée, M.Wilkin sur la situation politique puis Mme Macarenko sur les enluminures. La pause de midi est utilisée pour aller chercher les nombreux lots acquis (par téléphone) mardi et mercredi à la salle de ventes Elysée : des Cambresier, Donnay, Lagasse, Maréchal, Rassenfosse. Dans l’après-midi, on écouta l’assistant de M.PIavaux évoquer l’architecture religieuse puis  Mme Mercier se pencha sur la sculpture en bois de cet important siècle. Le dernier jour du mois, ce fut Benoît Vandenbossche se pencha sur le portail de l’église St Servais de Maastricht puis Sophie Balace  raconta les châsses avec la personnalité incontournable de Nicolas de Verdun. Dans l’après-midi, c’est Hélène Cambier qui  parle de la météorite Hugo d’Oignies, Aline Wilmet va disserter sur les chapiteaux mosans. Et pour achever la journée, nous allions déposer 5 grilles du musée pour un stand (les Collégiales de Liège)(comme depuis plusieurs années). Un mois fertile en manifestations